Au nom de la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), Louise Bradley, sa présidente-directrice générale a fait la déclaration suivante.

« C’est en communiquant de façon ouverte et solidaire lors de la journée mondiale de lutte contre les troubles de l’alimentation et chaque jour de l’année que nous pourrons mettre un terme au cycle du silence, de la honte et des préjugés qui fait que ces maladies sont trop souvent ignorées. 

Les troubles de l’alimentation ne sont pas traités adéquatement, ne font pas l’objet de suffisamment de recherches, sont sous-financés et mal compris. Contrairement aux idées répandues, ils ne touchent pas seulement les jeunes femmes. Les filles et les femmes de 5 à 60 ans peuvent vivre avec un trouble alimentaire, parfois pendant plus de 30 ans. Les garçons et les hommes ne sont pas à l’abri non plus. On estime que 20 % des personnes aux prises avec l’anorexie ou la boulimie sont de sexe masculin.

Ce sont des maladies qui peuvent causer la mort. Elles entraînent par ailleurs un risque plus élevé de suicide et de complications médicales. Les troubles de l’alimentation sont 12 fois plus susceptibles de causer la mort que toute autre maladie mentale.

Avec les bons traitements et programmes de soutien, il est possible de se rétablir d’un trouble de l’alimentation. La prévention, la détection et l’intervention précoces, la recherche ainsi qu’un meilleur soutien familial et par les pairs sont essentiels afin d’améliorer les soins prodigués pour toutes les maladies mentales, mais ce sont des besoins urgents en matière de troubles de l’alimentation.

Je vous incite tous à agir. Visitez le site Web d’Anorexie et boulimie Québec ou encore celui de l’Association québécoise des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale et renseignez-vous. Prenez un engagement [en anglais seulement] lors du World Eating Disorders Action Day afin de briser les préjugés en partageant les Neuf vérités au sujet des troubles de l’alimentation et en faisant la promotion des Nine Goals of Taking Action Against Eating Disorders [en anglais seulement]. »


À PROPOS DE LA COMMISSION DE LA SANTÉ MENTALE DU CANADA

La Commission se veut un moteur du changement. Elle collabore avec des centaines de partenaires pour changer l’attitude de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale et pour améliorer les services et le soutien. Elle entend aider les personnes confrontées à un problème de santé mentale à mener une vie productive et enrichissante. Ensemble, nous suscitons le changement. La Commission de la santé mentale du Canada est financée par Santé Canada.

 www.commissionsantementale.ca | strategie.commissionsantementale.ca

Personne-ressource pour les médias :

Hélène Côté, conseillère principale, Affaires publiques
Commission de la santé mentale du Canada
Bureau : 613.683.3952
Cellulaire : 613.857.0840
hcote@commissionsantementale.ca

            

Abonnez-vous à notre infolettre
Les vues exprimées aux présentes sont celles de la Commission de la santé mentale du Canada.
La production de ce document a été rendue possible grâce à la contribution financière de Santé Canada.