Déclaration de Louise Bradley, présidente et directrice générale de la Commission de la santé mentale du Canada :

« Le temps des Fêtes nous fait vivre toutes sortes d’émotions intenses, ce qui est tout à fait normal. De nos attentes à nos horaires, tout est amplifié.

Même ceux d’entre nous dont la santé mentale est intacte trouvons la période des Fêtes particulièrement difficile, mais pour les personnes aux prises avec une maladie ou un problème associé à la santé mentale, qui doivent gérer leur anxiété et surmonter la dépression, ou qui sont plongées dans le chagrin, l’excitation et le charme du temps des Fêtes tranchent avec un paysage émotionnel morose.

Il n’y a presque rien de pire que d’observer le tourbillon des joyeux fêtards, pour ensuite nous sentir doublement isolés lorsque nos propres sentiments ne reflètent pas les normes saisonnières. J’ai travaillé comme administratrice d’hôpital et vu des familles recevoir des nouvelles dévastatrices alors qu’elles se tenaient près d’un misérable sapin de Noël. J’ai vu des détenus touchés par la maladie mentale qui étaient seuls en cette période de l’année, seule la dinde qui leur est servie leur rappelant qu’une journée spéciale est à nos portes. Les difficultés quotidiennes ou les tragédies imprévues font souvent contraste avec l’allégresse de cette période de l’année.

Pour ceux et celles qui ont la chance de n’affronter que des difficultés courantes, il est facile de se laisser envahir par des tâches fastidieuses pendant le temps des Fêtes : choisir le bon cadeau, cuisiner un repas parfait, trouver une robe flatteuse.

Cependant, c’est aussi une période de l’année où nous avons tous la capacité de faire tant de bien en ne nous attardant pas aux préoccupations matérielles et en investissant notre énergie dans des relations significatives avec des personnes potentiellement vulnérables.

Il n’y a pas de meilleur temps pour amener les enfants magasiner pour la banque alimentaire locale, choisir des articles à donner à un refuge pour femmes ou faire du bénévolat dans une maison de retraite de votre quartier. Lorsque nous avons besoin de revigorer notre bien-être et notre santé mentale, l’une des choses les plus importantes que nous puissions faire est de servir les autres.

Lorsque j’étais une jeune professionnelle, mon mentor exerçait un leadership engagé. Il m’a appris qu’une vision sans compassion est aussi inutile qu’un wagon sans roues. J’ai essayé de mettre à profit ses enseignements dans ma propre vie, à la fois en tant que dirigeante d’un organisme de santé pancanadien et comme personne désireuse d’établir des liens avec mes collègues, mes pairs et les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale que nous travaillons si fort à soutenir.

Il n’y a aucune place pour la complaisance en cette période des Fêtes. Une personne sur cinq étant touchée par une maladie ou un problème associé à la santé mentale, il ne peut nous faire que du tort de prétendre qu’il s’agit d’une période de l’année exempte de complications.

En réalité, c’est la période de l’année où les complications deviennent plus difficiles à supporter.

La prochaine fois que vous êtes contrarié par une file d’attente trop longue ou que vous maudissez une fournée de biscuits brûlés, rappelez-vous que c’est le temps non seulement d’être joyeux, mais également de faire preuve de gentillesse et d’établir des contacts humains chaleureux et profonds.

Lorsque vous avez besoin d’un baume pour vos nerfs à vif, envisagez de mettre vos talents au service des autres. C’est un cadeau qui a une signification encore plus grande qu’une babiole joliment emballée sous le sapin. »


À PROPOS DE LA COMMISSION DE LA SANTÉ MENTALE DU CANADA

La Commission se veut un moteur du changement. Elle collabore avec des centaines de partenaires pour changer l’attitude de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale et pour améliorer les services et le soutien. Elle entend aider les personnes confrontées à un problème de santé mentale à mener une vie productive et enrichissante. Ensemble, nous suscitons le changement. La Commission de la santé mentale du Canada est financée par Santé Canada.

 www.commissionsantementale.ca | strategie.commissionsantementale.ca

Personne-ressource pour les médias :

Hélène Côté, conseillère principale, Affaires publiques
Commission de la santé mentale du Canada
Bureau : 613.683.3952
Cellulaire : 613.857.0840
hcote@commissionsantementale.ca
 

            


Abonnez-vous à notre infolettre
 

health_canada_wordmark_fr